Piments Et Poivrons : Le Plein De Vitamine C

Les poivrons ne piquent pas
Poivrons doux

Les piments et les poivrons appartiennent à la famille des solanacées comme les tomates et les aubergines. La distinction de l’espèce (Capsicum annum) s’effectue selon le piquant du fruit : fort, ce sont les piments, doux, des poivrons.

Les piments… forts

Le « feu » des piments dépend directement de leur teneur en capsaïcine. Plus le taux est élevé plus la brûlure est intense L’échelle de Scoville a permis de classer les variétés selon leur force. Le piment Habanero figure parmi les plus forts, il est considéré comme explosif… A goûter à vos risques et périls !

Les brûlures n’interviennent pas uniquement dans la bouche, il faut également se protéger les mains leur de la préparation. Le port de gants jetable est recommandé pour éviter les brûlures sur la peau qui peuvent être persistante. En cas de contact cutané, un lavage prolongé au savon permet d’éliminer les résidus agressifs. Attention à ne pas se frotter les yeux avec les mains ayant été un contact avec le piment.

Heureusement pour les palais sensibles, il existe toutes sortes de piments. Si votre palais est trop sensible, délaissez le piment oiseau pour celui d’Espelette bien plus doux.

De nombreux condiments contiennent du piment : la harissa, le tabasco

D’un point de vue santé, les piments sont riches en vitamine C et bêtacarotène mais les quantités consommées sont généralement très faibles et les apports anecdotiques.

Capsaïcine

La capsaïcine est toutefois intéressante pour la santé. Elle se trouve principalement dans la fine membrane qui relie les graines à la chair. C’est une molécule liposoluble : si la sensation de brûlure est trop forte lors de la dégustation d’un plat épicé, mangez un aliment gras (fromage, yaourt, huile, beurre, etc…) pour atténuer la sensation de chaleur. Un verre d’eau est inefficace puisqu’elle n’est pas soluble dans l’eau.

En cas de rhume, elle agit comme décongestionnant (nez bouché) et expectorant naturel. Il est donc utile d’ajouter un peu de sauce au piment à son alimentation en cas de rhume ou bronchite et éviter ainsi de prendre un sirop fluidifiant dont les effets et l’efficacité sont de plus en plus controversés.

Des gargarismes à l’eau chaude additionnée de 10 gouttes de tabasco permettent de dégager efficacement les sinus.

La capsaïcine a également des propriétés antioxydantes. Elle n’est pas détruite pas la chaleur lors de la cuisson des aliments et reste donc efficace dans les plats cuisinés.

Les poivrons… doux

Les poivrons arborent une multitude de couleurs. Si les plus classiques passent du vert au jaune puis au rouge selon leur stade de maturité, d’autres sont oranges, pourpres, noirs… Avec un score de 0 sur l’échelle de Scoville, voilà un piment qui ne risque pas de vous brûler la bouche.

Pour bien les choisir, regardez leur peau qui doit être lisse et brillante. Lorsqu’elle commence à flétrir, le fruit n’est plus de la première jeunesse. Le pédoncule, lorsqu’il est bien vert, est également un signe de fraicheur. La chair doit être ferme. Le poivron se conserve facilement : un petit tour dans le bac à légume du réfrigérateur et vous pouvez le garder près d’une semaine.

Les poivrons se mangent cru ou cuits. Les deux modes de préparation permettent de bénéficier de leurs bienfaits.

L’épluchage des poivrons

La peau des poivrons n’est pas très digeste et peut occasion des désagréments chez les personnes sensibles. Il faut donc parfois passer par l’épluchage. Certaines recettes comme les poivrons marinés sont également bien plus savoureuses sans la peau.

L’épluchage est assez fastidieux en raison de la forme en lobes. La technique habituelle consiste à les passer sous le grill (ou au chalumeau) pour brûler la peau jusqu’à ce quelle noircisse. Vous pouvez les placer dans un sac plastique à la sortie du four pour faciliter encore un peu plus l’opération. La technique a fait ses preuves mais a l’inconvénient de brûler le fruit et donc de créer potentiellement des composés toxiques.

L’utilisation d’un économe est efficace mais entraine quelques pertes. C’est toutefois la technique à privilégier si vous souhaitez les manger crus. Ils ne seront pas dénaturés par la chaleur.

La cuisson à la vapeur douce facile grandement le retrait de la fine peau. Coupez les poivrons en 4, déposez-les dans le panier vapeur et laissez  agir la vapeur une dizaine de minutes. Retirez la peau à l’aide de la pointe d’un couteau. C’est ma méthode préférée pour réaliser des poivrons marinés.

Côté nutrition et santé

Les apports nutritionnels sont différents selon de le stade maturité. Verts, ils sont riches en chlorophylle qui laisse place aux anthocyanines lorsqu’ils prennent une teinte orangée et rouge. La teneur en vitamine C passe pour les verts de 92 mg à 160 mg et le bêtacarotène explose de 200 µg à 1600 µg. Le mélange des deux couleurs est donc particulièrement intéressants pour les apports de chlorophylle, de vitamine C et bêtacarotène.

NutrimentTeneur moyenne pour 100g
Énergie27 kcal
Eau92 g
Lipides0,27 g
Protéines0,8 g
Glucides4.55 g
Sucres2.7 g
Amidon<0,5 g
Fibres1.5 g
Sodium8.4 mg
Magnésium11,9 mg
Phosphore22.5 mg
Potassium155 mg
Calcium7.7 mg
Manganèse0,1 mg
Fer0,4 mg
Zinc0,13 mg
Sélénium41.6 µg
Iode<5 µg
Bêta-carotène834 µg
Vitamine E1.44 mg
Vitamine K-
Vitamine C121 mg
Vitamine B10,041 mg
Vitamine B20,041 mg
Vitamine B3 ou PP0,74 mg
Vitamine B50,12 mg
Vitamine B60,38 mg
Vitamine B9 - Folates40 µg
Vitamine B120
Données nutritionnelles moyennes pour un mélange de poivrons verts, jaunes et rouges crus

Les poivrons rouges sont 2 fois plus sucrés que les verts : ils s’accommoderont parfaitement en crudité. Les matières grasses de la vinaigrette permettront également une meilleure assimilation du bêtacarotène.

Le saviez-vous ?

  • Les pépins des poivrons ne sont pas comestibles
  • La peau blanche des poivrons n’a pas un bon goût. N’hésitez pas la retirer.
  • Fruit d’été par excellence, la pleine saison s’étale de juin à septembre. Ensuite ils sont cultivés sous serre chauffé… pas top! Rabattez-vous plutôt sur les produits congelés normalement récoltés en pleine saison.
  • En parlant de congélation, rien de plus simple : coupez-les en lanières et direction le congélateur dans des poches. Inutile de procéder au blanchiment.
  • Selon une étude de 2008 de la DGCCRF, les poivrons contiennent fréquemment des teneurs trop élevés de pesticides. Une consommation de produits issus de l’agriculture biologique est donc préférable.

Partagez cet article !