Les superaliments : le pouvoir protecteur de l’alimentation

Les superaliments sont des aliments ayant des qualités nutritionnelles supérieures à la moyenne. Ce concept est apparu dans le courant des années 2000 avec notamment les baies de Goji. Ce sont généralement des fruits et légumes qui regorgent d’antioxydants, de minéraux et de vitamines avec en prime des effets thérapeutiques spécifiques reconnus.

Les procédés de fabrication ne doivent pas les dénaturer. Aussi il est indispensable qu’ils soient le plus brut possible.

Sans être des produits « miracle », il est judicieux de les intégrer dans une alimentation équilibrée pour bénéficier de leurs bienfaits. Certains d’entre ne peuvent d’ailleurs être utilisés que sous forme de compléments alimentaires soit en raison de leur prix élevé soit parce que l’on ne peut pas les trouver en frais.

Voici les propriétés de quelques superaliments reconnus.

Les principaux superaliments

Le curcuma

Il doit sa couleur orangée à la présence de curcumine. Cette molécule est un puissant antioxydant qui classe le curcuma dans les superaliments. Elle inhibe notamment la croissance des nombreuses sortes de cellules cancéreuses in vitro.

L’assimilation de la curcumine par l’organisme est mauvaise… en clair elle traverse difficile la barrière intestinale. Il est donc indispensable de l’associer au poivre ou au gingembre pour décupler son absorption et ses effets.

Les Cranberry

Les baies de canneberge (Cranberry en anglais) ont montré leur efficacité dans la prévention et le traitement des infections urinaires. Ce pouvoir thérapeutique est dû à la présence de protanthocyanidines de type A (PAC). La prise d’extrait de canneberge en cas de crise permet de diminuer l’incidence des infections urinaires (mais ne dispense pas de consulter un médecin). Les baies sont également très riches en antioxydants. Pour en bénéficier, on peut consommer le jus ou mieux encore les fruits séchés qui concentrent les teneurs en molécules bénéfiques. Dans les deux cas, attention aux apports de sucres qui peuvent être élevés.

Les baies de Goji

Les baies de Goji, n°1 des superaliments
Baies de Goji déshydratées

Les baies de Goji sont depuis plusieurs années très populaires. Ce petit fruit est originaire de Chine mais peut également se cultiver en France. On le consomme principalement sous forme déshydratée. Le fruit est riche en antioxydant, il contient les 8 acides aminés essentiels, de nombreux minéraux et oligo-éléments, des flavonoïdes, des vitamines et des polysaccharides ainsi que d’autres substances aux propriétés anti-inflammatoires. Très stimulant, il est préférable de picorer quelques grains séchés au petit déjeuner.

Les baies ne doivent pas être consommées en cas de traitement anticoagulant.

Le Thé vert

Le thé vert est une boisson particulièrement bénéfique pour la santé. Une tasse contient de nombreux antioxydants dont l’épigallocatéchine gallate (EGCG) reconnues pour ses propriétés anti-cancer. Selon les variétés, les teneurs sont plus ou moins élevés. Il est donc utile de choisir un produit le plus protecteur possible. Le thé Sencha est l’un des plus riches en EGCG.

Le thé vert a différents axes d’action contre le cancer : détoxification de l’organisme avec élimination des substances cancérigènes, blocage de l’invasion des tissus et de l’angiogenèse.

Une consommation de 2 à 3 tasses par jour est recommandée.

La grenade

Grenade riche en antioxydants
Grenade aux grains bien rouges

La grenade est le fruit du grenadier. Elle fait partie des fruits les plus riches en antioxydant grâce à la présence d’une multitude de nutriments : flavonoïdes, tannins, vitamines, etc…

Elle est originaire du Moyen-Orient et se conserve deux mois après la récolte grâce à sa peau épaisse qui protège les grains comestibles. C’est en fait les pépins, recouverts de leur délicieuse pulpe qui sont consommés. Les cloisons de couleur jaune clair sont particulièrement amères. On retrouve cette amertume dans de nombreux jus de grenade car une partie des membranes se retrouve dans le jus. En échange du goût un peu dénaturé, ces membranes sont riches en antioxydants.

A l’achat, la grenade doit être lourde pour être bien juteuse. On peut la déguster en dessert, en jus ou utiliser ses grains dans une salade. La pleine saison commence au mois d’octobre et se termine à la fin de l’hiver.

Oubliez le sirop de grenadine, il n’y a pas de grenade dans sa composition.

La spiruline

La spiruline est une algue de la famille des cyanobactéries en forme de spirale. Elle est commercialisée sous forme déshydratée ou en comprimés. Son prix dépasse les 100 € le kilogramme. Cette algue a une richesse exceptionnelle en nutriments : elle contient des vitamines (A, B, E) des minéraux (calcium, phosphore, potassium, magnésium, fer, zinc, cuivre, manganèse, chrome, potassium), des caroténoïdes, de la chlorophylle, de la phycocyanine et près de 70 % de protéines ! Tous les acides aminés sont présents dans la plante. Bref, elle mérite bien son titre de superaliment !

Outres les bienfaits dus à la présence des vitamines et minéraux, la phycocyanine renforce les défenses immunitaires et limite le stress oxydatif.

Le bon choix : un produit bio séché à basse température, sans pesticides, garantit sans métaux lourds et contenant 20% de phycocyanines. Dosage : 2 à 4 g par jour.

Le cynorrhodon

Aussi appelé « gratte-cul » en raison des poils qui recouvrent les graines, le fruit de l’églantier (rosier sauvage), pourtant très commun, n’est que très rarement consommé. Il semblerait qu’on lui préfère des baies plus exotiques ce qui est bien dommage. Il est donc très difficile d’en trouver ce superaliment en magasin et la cueillette sauvage reste le meilleur moyen de s’en procurer.

On le ramasse généralement de décembre à Janvier : les gelées attendrissent sa chair acidulée. Récoltez les baies bien rouges en prenant garde aux épines.

Le cynorrhodon est exceptionnellement riche en vitamine C : 10 à 20 fois plus qu’une orange. Il est également très riche en fer (8 mg pour 100g). Son absorption est facilitée par la forte teneur en vitamine C.

Il se consomme de préférence cru mais il sert également à confectionner des confitures. On peut également préparer un coulis que l’on congèlera pour le conserver : la pulpe est pressée à travers une fine grille après les avoir mixé avec un peu d’eau. On ajoute un peu de sucre et direction le congélateur.

Pour terminer, un court reportage de France 2 sur les superaliments :

http://www.francetvinfo.fr/sante/que-valent-les-super-aliments_1391819.html

Partagez cet article !