Aliments luttant contre les cellules souches cancéreuses

Malgré les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, le récidive du cancer est fréquente. Cet amer constat montre que les moyens mis en œuvre ne sont pas suffisamment efficaces pour éradiquer toutes les cellules malades.

Les cellules souches cancéreuses
Les produits naturels dans la lutte contre le cancer

Une hypothèse des scientifiques pour expliquer ce manque d’efficacité se trouverait dans la présence de cellules souches cancéreuses (CSC). Celles-ci seraient résistantes aux traitements  et pourraient même voir leur malignité augmenter.

Parmi les explications formulées par les chercheurs, citons :

  • Les cellules souches cancéreuses sont peu nombreuses, d’où la difficulté de les cibler et de les détruire.
  • Leur vitesse de réplication (mitose) est lente, ce qui rend inefficace les chimiothérapies agissant sur la division cellulaire.
  • Elles ne sont pas différenciées et donc pas affectées par la chimiothérapie

Ces cellules sont initiatrices de cancer et les scientifiques supposent qu’elles sont à l’origine des tumeurs métastatiques. Elles peuvent être en dormance plusieurs mois ou plusieurs années avant d’être réactivées.

Des aliments pour contrer les cellules souches cancéreuses

Les plantes sont utilisées en médecine depuis l’antiquité. De nombreux principes actifs de médicaments sont inspirés de molécules issues des végétaux.

Les mécanismes de formation et d’inhibition des métastases sont complexes. Les résultats scientifiques ne sont pas catégoriques sur leur l’efficacité des composés naturels mais certains résultats sont encourageant.
C’est pourquoi, ils ne doivent pas être négligés dans la stratégie thérapeutique pour lutter contre les CSC.

Je ne donnerai pas le détail des mécanismes d’action, trop complexes pour moi, de ces molécules mais uniquement leur potentiel thérapeutique.

Les polyphénols

Les polyphénols sont des molécules organiques particulièrement présentes dans le monde végétal. Comme leur nom l’indique, elles présentent dans leur structure plusieurs phénols (noyau benzénique avec une fonction alcool). Il a été démontré que ces molécules ont une action régulatrice à plusieurs niveaux : niveau d’inflammation, apoptose in vitro et  angiogenèse notamment. La curcumine et le resvératrol sont deux molécules ayant des effets cytotoxiques sur les CSC.

Le resvératrol est un polyphénol très présent dans le raisin rouge et les produits dérivés comme le vin rouge et le jus. On en trouve également dans d’autres baies comme les mûres. Les raisons secs sont une bonne source de cette molécule. Le resvératrol influence de nombreux processus biologiques qui le rendent intéressant pour lutter contre les cellules cancéreuses.  Malheureusement, la biodisponibilité de ce polyphénol dans l’organisme est très faible et ses effets positifs ont été observés avec des concentrations élevées.

Le resvératrol du raisin noir
Le resvératrol du raisin noir contre les cellules souches cancéreuses

La curcumine est le composé donnant la couleur orangée au curcuma. Elle a des propriétés antitumorales et anti-inflammatoires démontrées. Mais là encore, sa biodisponibilité est trop faible et son métabolisme trop rapide pour obtenir les même résultats que ceux observés en laboratoire.

Les flavonoïdes

Ces molécules appartiennent également aux flavonoïdes. Elles sont présentes dans de nombreux fruits et légumes ainsi que des noix.  Deux molécules ont été principalement étudiées pour leurs propriétés anticancer : le kaempférol et la Quercétine.

Le kaempférol est très présent dans les câpres en conserve (1 355 mg/kg) mais aussi dans les mures (284 mg/Kg), les fraises (193 mg/Kg), la ciboulette (120 mg/Kg) et le brocoli (100 mg/Kg)
La quercetine est un potentiel principe actif ayant pour cible les CSC. On la trouve dans les oignons et dans les pommes. Les câpres et le céleri perpétuel (livèche) en sont les plantes les plus riches.

Ces molécules, bien que prometteuses doivent être présentes dans de fortes concentrations dans l’organisme. Les modes d’administration doivent être développés pour en tirer un bénéfice.

Les alcaloïdes

Autres molécules du monde végétal, certaines sont bien connues comme la caféine.

Plusieurs d’entre eux sont intéressants sur le plan thérapeutique et notamment la pipérine et la capsaïcine. Le  premier est très présent dans le poivre et le second dans les piments piquants. L’article cite également la berbérine mais qui, à ma connaissance, ne se trouve qu’en compléments alimentaires.

D’autres molécules ont également montré une activité biologique qui va à l’encontre des cellules cancéreuses souches.

  1. L’épigallocatéchine-3-gallate (EGCG), de la famille des catéchine. On le trouve dans le thé vert
  2. La Delphinidine est une anthocyanine. Il donne la couleur à certains végétaux comme la  myrtille ou la fraise
  3. Le Gingerol est un composé qui participe au goût piquant du gingembre. C’est dans le gingembre frais qu’il est le plus concentré
  4. le ß-carotène est un terpène de couleur orangée présent dans de nombreux légumes comme les carottes. La cuisson permet de mieux le libérer.
  5. Le falcarinol est un composé que l’on trouve dans les carottes, le panais et le persil (2)
  6. Le ptérostilbène : un composé proche du resvératrol présent dans les myrtilles (3)

D’autres molécules ont également citées :  le linalool (lavande), l’alcool périllique (cerise), le lycopène (tomate).

On recense également des molécules naturelles efficaces pour lutter contre les cellules souches cancéreuses mais qui ne se trouvent pas dans des aliments courant. Par exemple, la Salinomycine produite par une bactérie ou le parthénolide, une lactone sesquiterpénique que l’on rencontre dans la grande camomille. A ne pas confondre avec la camomille romaine que l’on utilise en infusion.

L'efficacité de la curcumine
La curcumine donne la couleur orangée au curcuma

En conclusion

Les études cliniques sont décevantes malgré le potentiel thérapeutique de ces molécules. Leur biodisponibilité est souvent trop faible et elles sont trop rapidement éliminées par le foie. Malgré tout, leur présence dans l’alimentation est un atout maintes fois démontré pour prévenir de nombreuses maladies dont le cancer. Il serait dommage de ne pas les intégrer dans l’alimentation.

Pour soutenir la recherche contre le cancer, visitez le site de la fondation ARC.

1- The use of natural products to target cancer stem cells -Wesley F Taylor et Ehsan Jabbarzadeh – Am J Cancer Res. 2017; 7(7): 1588–1605.
2 – Natural Products That Target Cancer Stem CellsJIM MOSELHY, SOWMYALAKSHMI SRINIVASAN, MURALI K. ANKEM and CHENDIL DAMODARAN
3 – Targeting cancer stem cells and signaling pathways by resveratrol and pterostilbeneLingling Zhang- Xiang Wen Mengmeng Li- Shiming Li – Hui Zhao

Partagez cet article !